26

Juin

Chambord

L'exploitation maraîchère a démarré

Baptiste Saulnier, au premier plan et les trois autres maraîchers, Thomas Segretain, Corentin Breton et Clément Hudebine (de gauche à droite). 
© Photo NR, Jérôme Dutac

Les jardins potagers de Chambord poussent très vite

En début d’année 2019, le chantier des jardins potagers de Chambord commençait tout juste. Six mois plus tard, les concombres, salades, tomates, carottes, pommes etc. s’épanouissent entre les murs des écuries du Maréchal de Saxe. Pari réussi pour les équipes du Domaine de Chambord, particulièrement pour Baptiste Saulnier, arrivé en janvier comme responsable du pôle maraîchage.

Après quatre mois passé seul, il a été rejoint par trois autres maraîchers : Clément Hudebine (qui était installé au lycée horticole de Blois), Thomas Segretain (ancien commercial reconverti au maraîchage) et Corentin Breton (21 ans, le plus jeune de l'équipe, en service civique).

Ensemble, avec l’aide de quelques stagiaires, ils cultivent près de 1.000 m2 en agriculture biologique intensive, dont 362 m2 sous serre. Et les jardins vont encore pousser d'ici la saison prochaine.

Une serre dans une clairière

La parcelle voisine des écuries (au sud du château) dite de "la prairie des Casernes", d’1,6 hectare, sera conduite en agroforesterie : elle entrera en culture l’an prochain : "elle nous permettra notamment de produire notre biomasse, pour être autonome en fertilisation", précise Baptiste Saulnier. Une seconde serre, de 1.500 m2, doit aussi être construite au cœur du Domaine, dans une clairière. "D’ici trois ans, nous avons pour objectif de réaliser un chiffre d’affaires de 500.000 euros", précise Baptiste Saulnier. Car s’ils ont une dimension pédagogique et touristique (avec l'organisation de visites guidées pour le grand public et l'accueil de porteurs de projets notamment), ces jardins potagers sont avant tout une exploitation agricole.

Les tout premiers clients sont les restaurants de Chambord et ses agents ; ils sont déjà une quinzaine à s’être abonnés et à venir retirer leur panier chaque mercredi (cela est possible aussi pour les autres habitants de la région).

"En fonction de la production, nous proposerons aussi de la vente au détail dans la boutique créée dans les écuries, précise Baptiste Saulnier. Nous y vendrons aussi un peu d’outillage, des livres de jardinage et des graines." Ce nouvel espace, tout de bois aménagé, accueille aussi la billetterie du spectacle chevaux et rapaces, qui se joue juste derrière.